Des archéologues vont mener des fouilles sur le site de la cité sumérienne d'Umma en Irak

Les archéologues de l'institut slovaque d'archéologie et d'histoire (SAHI) [1] ont reçu l'autorisation de mener des fouilles en Irak sur la cité mondialement connue d'Umma Tell Jokha [2]. Ce site, situé à 290 kilomètres au sud de Bagdad et abandonné depuis l'époque du souverain Hammurabi [3] (décédé en 1750 av. J.-C.), n'a jamais été complètement excavé et est donc extrêmement vulnérable au pillage. Il s'étend sur une surface de 80 à 90 hectares.

74ummaL'équipe menée par Drahoslav Hulinek sera composée de 20 à 25 personnes : des archéologues mais aussi des géomètres, des restaurateurs de patrimoine, des linguistes et des experts en bases de données. Les recherches devraient démarrer en septembre. Leur but sera d'établir la chronologie précise de l'établissement de la cité. Les scientifiques espèrent également découvrir une ziggurat, édifice mésopotamien à degrés constitué de plusieurs terrasses, dont on suppose qu'il supportait un temple construit à son sommet.

Interrogé par le magazine de presse généraliste slovaque "Pravda", Drahoslav Hulinek décrit ce site comme possédant un paysage lunaire, comportant de nombreux cratères, conséquence de fouilles sauvages après lesquels les objets ont été confisqués.

D'autres endroits portent les traces laissés par les pilleurs. De nombreux éléments rares comme des tablettes comportant des textes parmi les plus anciens ont ainsi disparu. Le professeur Hulinek espère en sauver quelques-unes : "Ces tablettes ont été rachetées aux pilleurs par de nombreux grands musées. Certaines sont par exemple détenues par le musée du Vatican" explique-t-il.

Les scientifiques du SAHI travaillaient depuis 2006 en Syrie mais l'actuel conflit que connaît le pays les a poussés à mettre un terme à leurs recherches au profit de ce projet en Irak, pays comportant une histoire de plus de 10.000 ans. La guerre qui s'y est menée ces dix dernières années a détruit ou endommagé de nombreux monuments et a empêché les archéologues iraquiens d'entreprendre des recherches sur le site d'Umma.

A la faveur du conflit, le musée national de Bagdad a subi des pillages : environs 15.000 pièces ont disparu. Parmi elles se trouvaient 50 objets inscrits au patrimoine mondial de l'UNESCO. L'équipe du professeur Hulinek aidera à refournir le musée national de Bagdad, en particulier le pavillon sumérien, en vue de sa réouverture.

Le chef du conseil d'Etat irakien aux antiquités et au patrimoine culturel ainsi que le conseiller du ministre au tourisme et aux antiquités, Bahaa Mayah, ont déclaré lors d'une conférence de presse qui s'est tenue à Bratislava le 12 mars dernier que les Slovaques vont étudier Umma, en collaboration avec les Iraquiens, mais aussi protéger le site des pilleurs.

L'équipe slovaque sera la quatrième à mener une expédition archéologique dans l'Irak d'après guerre. Ils ont été précédés par les Britanniques, les Italiens et les Américains.

Sources :

Notes :

ft