La fabuleuse machine d'Anticythère

----

En 1900, des pêcheurs d’éponges trouvèrent, dans ’épave d’un bateau grec coulé au Ier siècle avant J.-C. par 60 m de fond près de l’île d’Anticythère (Ceri-gotto), de curieux fragments métalliques.

On peut les voir au musée national archéologique d’Athènes ; leur aspect fait penser à des débris de pièces mécaniques en bronze rongées par la corrosion.

Et, en effet, l’archéologue Valerios Stais a pu en tirer, en 1959, la reconstitution d’un mécanisme à engrenage différentiel très compliqué avec trois axes, quarante roues dentées — dont une roue centrale de deux cent trente dents, et neuf échelles graduées. L’étude de celles-ci montra qu’il s’agissait d’une machine à calculer les phases et les positions de la Lune et des constellations.

Le tout de la dimension d’une machine à écrire portable. La Grèce du Ier siècle avant J.-C. ne possédait ni les outils ni les instruments nécessaires à la construction d’un mécanisme de cette précision.

Aucun texte contemporain ne mentionne cette machine pourtant prodigieuse pour l’époque. Et pourquoi n’en trouve-t-on pas de prédécesseurs ni de successeurs ?

----

.

Autres documents :

Jacques Boucher de Perthes, 1788-1868

Détails
in Les grands savants de l'archéologie
En découvrant à Moulin-Quignon, près d’Abbeville, une dent humaine et un fragment de mâchoire accompagnant un dépôt de silex, Boucher de Perthes en conclut que l’homme était beaucoup plus ancien qu’on...

Sur l'origine du nom d'Amérique, par Jules Marcou

Détails
in Documents archéologiques et historiques (bulletins, revues, livres)
Extrait du Bulletin de la Société de géographie. ser.6, v.9, 1875, pp. 587-597.

.