James et le trésor perdu

L’histoire n’est pas d’aujourd’hui mais mérite d’être contée : James Hyatt, un petit Anglais alors âgé de 3 ans, a fait la découverte de sa vie dans un champ. Ses parents ont tu sa trouvaille pendant plus de six mois avant de la rendre publique à la mi-novembre 2010.

img4577az

Si James Hyatt avait été assez âgé pour comprendre ce que cela signifiait, sa famille lui aurait dit qu’il avait la chance des débutants en ce jour de mai 2010. Ce petit garçon de trois ans à peine n’avait commencé à utiliser un détecteur de métaux, pour la première fois de sa vie, que depuis cinq minutes quand l’engin lui a signalé la présence d’un objet dans un champ de la commune de Hockley dans l’Essex, en Grande-Bretagne. Sous vingt centimètres de terre boueuse, il a trouvé un petit boîtier en forme de pendentif.

Il s’agit d’un reliquaire, qui servait à conserver une sainte relique et à la transporter lors des déplacements. L’objet a été daté du XVIe siècle (l’époque de Henri VIII en Angleterre, ou de François Ier en France) par des experts qui pensent qu’il a appartenu à un membre de la famille royale. 

Il se présente sous la forme d’un petit boîtier carré de 25mm de côté et est constitué d’un alliage d’or à 73%. Sur le dessus est gravée la Vierge Marie tenant la croix, et, au dos, cinq cœurs. Sur les côtés figurent des noms gravés dont la calligraphie et la consonance ont permis de dater l’objet. À l’intérieur, il y avait un petit bout de bois qui est en cours d’analyse mais dont on pense que le propriétaire le tenait pour un bout de la vraie croix.

La trouvaille du petit garçon a été estimée à 2,5 millions de Livres Sterling (soit 3 millions d’Euros) par les spécialistes. Plusieurs musées, dont le célèbre British Museum, pourraient s’en porter acquéreurs, et le père du garçonnet attend leur réponse avant de proposer la vente à quelqu’un d’autre. Comme il s’agit, d’après la loi britannique, d’un trésor découvert fortuitement, le profit de la vente sera partagé en deux moitiés égales entre le propriétaire du champ et le père du petit garçon.

Ce père, Jason Hyatt, âgé de 34 ans, informaticien développeur de sites web qui vit avec son épouse, James et la petite sœur de ce dernier à Billericay en Essex, n’en revient toujours pas : « Mon fils est un des types les plus chanceux qu’on ait jamais vu. Si on allait chez le docteur et qu’on lui disait de rester sur le banc, il trouverait moyen de laisser traîner sa main et de trouver un billet de 10 Livres Sterling. »

Au moment des faits, le petit garçon accompagnait son grand-père, un passionné de chasse au trésor. C’est à lui qu’appartenait le détecteur de métaux. Profitant d’une pause, il a demandé à son papa et à son grand-père de l’essayer. Il le promenait à peine depuis cinq minutes dans un champ quand tout à coup il s’est mis à sonner. Il n’y alors plus eu qu’à creuser pour déterrer le médaillon… « James était tout excité quand il a compris qu’il avait trouvé un vrai trésor. Papa était abasourdi. Depuis quinze années qu’il exerce son passe-temps, il n’a jamais rien trouvé de tel. Si nous tirons quelque argent de cette découverte, il sera pour les enfants » explique son père.

James, du haut des quatre ans qu’il avait quand il a été interviewé par la presse britannique, raconte avec ses mots : « J’étais en train de passer le détecteur quand il s’est mis à faire bip ! bip ! bip ! Alors on a creusé dans la boue. Il y avait de l’or. On n’avait pas de carte, il n’y a que les pirates qui ont une carte au trésor. »

Selon les spécialistes, il ne reste que trois reliquaires au monde comparables à celui que James Hyatt a découvert dans ce champ de l’Essex, un jour de mai 2010.

Un miracle de la sainte relique ? Allez savoir...

ft