Un "trésor" paléontologique découvert en Pologne

Un site de fossiles vieux de 148 millions d'années, contenant des empreintes et des restes de poissons, de reptiles volants et de libellules, ainsi qu'une variété de coquillages, a été découvert près d'Opoczno par le Dr Adrian Kin, membre de "Phacops", l'association des Amis des sciences de la terre. Ce site, situé dans une carrière près de Slawno (district d'Opoczno, dans la province de Lodz), est selon la PAP (Agence polonaise de presse) unique à l'échelle mondiale.

ext7844a« En 2005, lors d'une campagne de terrain, j'ai découvert cette évocation d'un monde vieux de 148 millions d'années, d'un âge très proche du plus fameux site paléontologique mondial, celui de Solnhofen en Allemagne du Sud » indique le Dr Kin. Dans cette carrière de calcaire à grain fin, les scientifiques avaient découvert le squelette complet d'un Archaeopteryx (forme d'évolution intermédiaire entre les reptiles et les oiseaux), des empreintes détaillées d'ailes de libellules datant du Jurassique, des mâchoires encore dentées d'antiques poissons prédateurs, de délicates carapaces de crevettes et des centaines d'autres fossiles bien préservés, mélange d'animaux terrestres et marins.

Les calcaires de cette carrière polonaise ont 2 millions d'années de moins que ceux de Solnhofen et fournissent aussi une riche information sur ces organismes éteints ainsi que sur l'environnement et l'évolution de la mer du Jurassique supérieur qui recouvrait une bonne part de la Pologne actuelle.

Le "Solnhofen" polonais, quant à lui, se situait dans les eaux peu profondes d'une mer froide du Jurassique tardif. Certains de ces fossiles du Jurassique tardif sont issus d'espèces jusque ici inconnues, ou d'espèces jusque ici absentes du territoire polonais, comme les limules (crabes en forme de fer à cheval). Ceux-ci sont des fossiles vivants dont l'apparence n'a guère changé depuis près de 150 millions d'années.

Le Dr Kin a également découvert dans cette carrière la première aile fossile de libellule jurassique trouvée en Pologne, qui correspond à une espèce de libellule inconnue, apparentée à celle du site de Solnhofen. Une autre espèce inconnue, celle d'un reptile de mer, a été découverte par le Docteur Baej Blazejowski de l'Institut de Paléobiologie de l'Académie polonaise des sciences. La carrière contient aussi un fossile de reptile volant. La micro-tomographie 3D assistée par ordinateur permet l'étude non invasive des fossiles et des restes osseux qui ne doivent pas subir d'action mécanique. Les sections recalculées montrent toutes les structures, y compris celles cachées au sein de la roche. « Les empreintes 3D nous permettent de voir apparaître des parties inaccessibles des fossiles analysés, et de réaliser des observations biométriques », précise le Dr. Blazejowski.

Les géologues polonais considèrent que le calcaire très fin de la partie supérieure de la carrière, dans lequel ils ont trouvé des spécimens uniques de différents organismes marins et terrestres, a été formé dans une eau très peu profonde, probablement un vaste lagon relativement isolé de la mer ouverte. Pour exploiter cette très vaste découverte, une équipe internationale s'est montée autour d' Adrian Kin et de Baej Blazejowski. Elle comprend notamment le Professeur Michal Gruszczyski de l'Institut polonais de Géographie, Jan Kochanowski de l'université de Kielce, le Dr David Martill de l'université de Porstmouth, le Dr Günter Bechly du Musée d'Etat de sciences naturelles de Stuttgart et le Dr Jim Marshall de l'université de Liverpool

Le résultat de leur travail, à ce jour, est une publication, disponible online, dans le prestigieux journal scientifique LETHAIA (paléontologie et biostratigraphie). Les futures recherches sur ce site seront conduites en collaboration étroite avec l'Institut Polonais de Géologie.

Source : Polska Agencja Prasowa

ft