Hambourg : des sculptures vieilles de 100 000 ans découvertes en 1957 ?

qhwmsk2Jacques Bergier et Louis Pauwels, pionniers du « réalisme fantastique », avec la publication de leur best-seller Le matin des magiciens, nous font part, dans L'homme éternel (Éditions Gallimard, 1970, pp. 205-206), d'une étrange découverte faite en novembre 1957 à Hambourg, en Allemagne, lors des travaux de reconstruction de la ville.

C'est par un article paru dans la revue soviétique Tekhnika Molodezhi, que Bergier (russophone) prend connaissance de l'affaire, voici les faits :

En novembre 1957, un excavateur géant qui travaillait à la reconstruction de Hambourg sous la direction de l'ingénieur Hans Elieschlager, déterra, à une grande profondeur, des pierres géantes ressemblant à des têtes humaines.

Le professeur Walther Matthes de l'université d'Hambourg, archéologue confirmé alors chargé de l'étude de ces éléments, arriva à établir qu'il s'agissait d'objets sculptés de main d'homme et datant de l'époque pré-glaciaire. En se basant sur l'étude des formations géologiques, il détermina un âge qui laissa tout le monde sans voix : au moins cent mille ans ! (...)

Certaines de ces figures offrent même un aspect inattendu selon Matthes : lorsqu'on les tourne à 125°, le visage d'apparence masculin se transforme en visage féminin ce qui dénote une maîtrise totale des notions de perspectives et de volume ! (...)

D’après V. Kristly (l'auteur de l'article russe), un certain Z. A. Abramov, affirme avoir trouvé des pierres analogues quelque part en Russie... Kristly conclut ainsi son papier :

« Le cliché classique représentant des figures hirsutes recouvertes de peaux de bêtes, au visage de singe et frottant bêtement deux silex l'un contre l'autre est un cauchemar d'archéologue classique ne correspondant absolument pas à la réalité (...) Ce qui s'est passé avant les glaces, il faudra bien un jour que les archéologues et les préhistoriens reconnaissent qu'au fond ils n'en savent rien. » 

 

------------------------------

Document original

------------------------------

Tekhnika Molodezhi 1965 p 34

Tekhnika Molodezhi 1965 p 40

 

Lien complémentaire et photos : Originsnet.org (photos de Matthes)

Bibliographie :

  • L'homme éternel. Jacques Bergier et Louis Pauwels, éd. Gallimard, 1970, pp. 205-206.
  • Civilisations antédiluviennes, Dominique Jongbloed, éd.Pascal Galodé, 2012, pp. 143-144.
  • В. Критский  : « 795 страниц многоточий (Произведения искусства игра природы) » in Техника - молодежи, nº 6, 1965, pp. 32-34 (42).
  • W. Matthes:  « Die Darstellung von Tier und Mensch in der Plastik des älteren Paläolithikums, etc.», in Symbolon, nº 4, 1964, pp. 244-276.
  • Eiszeitkunst im Nordseeraum, W. Matthes, Otterndorf, 1969.

 

ft