Les éruptions sous-marines suivent des cycles étonnamment réguliers

C'est un résultat pour le moins surprenant. Et pour cause, puisqu'une nouvelle étude qui sera prochainement publiée dans la revue Geophysical Research Letters révèle que la plupart des éruptions volcaniques ne se produisent pas au hasard : elles se produisent selon plusieurs cycles bien précis, dont les périodes sont comprises entre deux semaines et 100 000 ans. De plus, la plupart de ces éruptions se produisent presque exclusivement... durant les six premiers mois de l'année.

img457hhComment expliquer l'existence de ces cycles ? Pourquoi les éruptions des volcans sous-marins se produisent-elles presque exclusivement durant les six premiers mois de l'année ? A l'heure actuelle, les chercheurs ne disposent d'aucun élément permettant de répondre avec certitude à ces questions. Toutefois, la géophysicienne américaine Maya Tolstoy (Université de Colombia, États-Unis), auteur de cette nouvelle étude, formule l'hypothèse que ces cycles s'expliqueraient par les fluctuations orbitales de notre planète.

Concernant tout d'abord le fait que les éruptions sous-marines surviennent presque toujours durant les six premiers mois de l'année, Maya Tolstoy suggère que ce phénomène est à relier à l'éloignement de la Terre vis à vis du soleil, plus important au cours de cette période. En effet, au cours de son orbite légèrement elliptique, la Terre est un peu plus éloignée du soleil de janvier à juin. Ce qui veut donc dire que les forces de marées exercées par le soleil sur la croûte terrestre sont un peu moins importantes au cours de cette période.

Les forces de marée ? Il s'agit de l'effet gravitationnel d'un corps exercé sur un autre, ayant pour effet de le "tirer" vers lui. Sur Terre, on sait par exemple que les marées dont sont le siège les océans sont causées par l'effet des forces de marée générées tout à la fois par la Lune et le Soleil, lesquels "tirent" à eux les océans.

Concernant la survenue des éruptions sous-marines au cours des six premiers mois de l'année, Maya Tolstoy fait donc l'hypothèse que la diminution des forces de marées sur la croûte terrestre de janvier à juin aurait pour effet de favoriser les éruptions sous-marines, selon un mécanisme qui reste toutefois à définir avec précision.

Quant au cycle de deux semaines, qui régirait les éruptions sous-marines, Maya Tolstoy relie ce phénomène aux marées océaniques. En effet, en observant ce cycle de deux semaines, la géophysicienne s'est aperçue que les éruptions se produisaient à proximité de la période dite des "mortes-eaux", c'est-à-dire lorsque l'amplitude des marées est la plus faible (la mer recouvre moins et découvre moins). Une période qui correspond au moment où les axes Terre-Lune et Terre-soleil font un angle de 90°. Selon la géophysicienne, le volume d'eau présent sur les volcans sous-marins serait légèrement inférieur à ce moment-là, une moindre pression qui favoriserait alors la survenue d'éruptions.

Ces travaux seront publiés dans la revue Geophysical Research Letters, sous le titre "Mid-ocean ridge eruptions as a climate valve".

ft