Une nouvelle exoplanète habitable a été découverte

A quelques 600 années-lumière de la Terre, une planète 2,4 fois plus grande que la Terre nommée Kepler 22b orbite autour de l'étoile Kepler 22. La spécificité de cette planète ? Elle est située au beau milieu de la zone dite "d'habitabilité", c'est-à-dire une zone où l'eau a toutes les chances d'être liquide... et donc d'y abriter la vie.

Kepler 22bUne vue d'artiste de Kepler 22b. © Nasa/Ames/JPL

Une température de surface à 22°C

Découverte par le télescope spatial Kepler, la planète Kepler 22b orbite autour de son astre en 290 jours. Séparée de ce dernier à une distance de 15% inférieure à celle qui nous sépare du soleil, cette plus grande proximité est toutefois compensée par le fait que l'étoile Kepler 22 est un peu plus petite que le soleil, et donc plus froide. Des caractéristiques qui ont permis aux scientifiques de la NASA d'estimer que la température à sa surface pourrait être de 22°C environ.

Kepler 22b fait partie d'un lot de 54 exoplanètes (une exoplanète est une planète orbitant autour d'un astre autre que le soleil) identifiées en février 2011 par les chercheurs de la NASA comme potentiellement habitables. Mais pour l'instant, c'est la seule dont "l'habitabilité" a été confirmée par les observations.

Kepler 22b est-elle la première exoplanète potentiellement habitable découverte à ce jour ? Non. Car autour de l'étoile Gliese 581, une naine rouge située à 20,5 années lumière de la Terre, orbitent deux planètes (Gliese 581c et Gliese 581d) considérées comme potentiellement habitables depuis 2007 [1]. Sans compter la possible présence d'une troisième planète, toujours dans l'orbite de Gliese 581, qui pourrait elle aussi se révéler habitable selon des travaux publiés en 2010 [2].

Une méthode de détection indirecte

Comment l'exoTerre Kepler 22b a-t-elle été détectée ? En analysant les variations ponctuelles de luminosité de l'étoile Kepler 22, l'astre autour duquel Kepler 22b orbite. En effet, lorsque la planète Kepler 22b passe devant l'étoile Kepler 22 (un phénomène appelé "transit"), cela provoque un abaissement de la luminosité mesurée par les astronomes. Lorsque cette baisse a été détectée pour la première fois, les astronomes de la NASA en ont déduit qu'un corps céleste venait de passer devant l'étoile Kepler 22. Toutefois, il leur a fallu attendre trois passages pour confirmer qu'il ne s'agissait pas d'un corps passé là par hasard, mais bel et bien d'une planète en orbite autour de son étoile.

Ci-dessous, une belle vidéo produite par le service Sciences du Figaro permettant de bien comprendre le fonctionnement de la méthode des transits :

Notons d'ailleurs que l'analyse des transits de planètes est utilisée systématiquement par le télescope spatial Kepler pour identifier la présence d'une exoplanète. Une méthode qui a fait ses preuves, puisqu'il compte actuellement à son actif pas loin de 2000 exoplanètes détectées à ce jour.

Plus d'infos sur le site de la NASA [anglais]

Notes :

ft