Tsunami mésolithique en Mer du Nord

Il y a 8200 ans, un gigantesque glissement de terrain sur les côtes norvégiennes a créé un puissant tsunami qui a balayé le Doggerland, ensemble de basses îles qui sont aujourd’hui totalement submergées sous la mer du Nord (où elles forment le banc du Dogger Bank).

doggerlandCrédits : J. Hill, Ocean Modelling.

Selon le professeur Jon Hill, membre de l’équipe de chercheurs qui se sont penchés sur la question, ce tsunami a entièrement recouvert ces îles, avec très probablement des conséquences catastrophiques pour les humains qui s’y trouvaient potentiellement.

On n’a aucune preuve que ces îles aient été habitées. Leur point culminant n’était qu’à 5m au-dessus du niveau de la mer, à l’époque.

Ce tsunami a été provoqué par un glissement de terrain sur la côte norvégienne, à Storegga. Quelque 3000 km3 de sédiments se sont subitement effondrés dans la mer, ce qui représente environ 300 fois le volume des sédiments déposés chaque année dans les océans par l’ensemble des fleuves de la planète.

Le tsunami a ensuite frappé la côte de ce qui est aujourd’hui la Grande-Bretagne, noyant des sites et des villages côtiers. Deux sites archéologiques écossais datant du Mésolithique sont enterrés sous une couche de graviers, probablement déposés par la vague géante. Leur datation au carbone a prouvé qu’ils ont été ensevelis à la même époque.

Deux haches avaient précédemment été découvertes au fond de la mer, près de la côte anglaise. Plus récentes, elles datent du Néolithique, ce qui semble indiquer que cette zone, aujourd’hui connue sous le nom de banc de Brown, était restée émergée et habitée après le tsunami du Mésolithique.

Les résultats de ces recherches ont été publiés dans la revue Ocean Modelling.

Vous pouvez également vous reporter à ce reportage publié en 2013 par National Geographic France : "Sur les traces du Doggerland, pays immergé depuis 8 200 ans"

ft