Les Cercles De Culture (Crop Circles)

----

Apparaissant régulièrement aux quatre coins de la planète, les cercles de culture (crop circles) comptent parmi les phénomènes inexpliqués les plus célèbres du monde. Ces dessins géométriques complexes apparaissent en une nuit,et,jusqu’à présent, aucun chercheur n’a pu proposer une explication satisfaisante.

Des récits remontant à plusieurs centaines d’années mentionnent ces mystérieuses figures. Certains scientifiques supposent l’action de très forts champs énergétiques, tandis que les ufologues attribuent ces cercles à des ovnis.

Dès 1880, le magazine scientifique Nature évoquait la présence de cercles de culture dans le Surrey, en Angleterre. Depuis 1978, le phénomène s’est étendu dans le monde entier, faisant alors l’objet de recherches à l’échelle planétaire.

L’Angleterre semble toutefois demeurer le lieu de prédilection de ces phénomènes, car plus de trois cents crop circles y ont été recensés en 1991. À l’échelle mondiale, on doit en compter plusieurs milliers d’exemplaires dont la structure et la disposition ne cessent de se sophistiquer. Mais ces cercles n’apparaissent pas tout au long de l’année, il existe véritablement une saison pour les crop circles, qui débute au printemps et se maintient tout l’été. Cela semble naturel dans la mesure où le blé pousse dans les champs à cette saison.

Il convient de noter que les tiges ne sont ni rompues ni cassées, mais simplement rabattues sur le sol. Aucune trace de pas ne mène au motif ou n’en sort, et la terre en dessous reste entièrement épargnée.

 

----

.

Autres documents :

Sur l'origine du nom d'Amérique, par Jules Marcou

Détails
in Documents archéologiques et historiques (bulletins, revues, livres)
Extrait du Bulletin de la Société de géographie. ser.6, v.9, 1875, pp. 587-597.

Les gravures cruciformes sur les monuments préhistoriques, par B. Reber

Détails
in Documents archéologiques et historiques (bulletins, revues, livres)
Extrait du Bulletin de la Société préhistorique de France, tome 9, n°4, 1912. pp. 264-278.

.