La Malédiction de Toutânkhamon

----

Le 17 février 1923, l’égyptologue Howard Carter, directeur des fouilles, et George Hebert, cinquième comte de Carnarvon et organisateur de l’expédition, ouvraient la chambre principale du tombeau du pharaon Tout-ankh-Amon. En cette chaude journée, nul parmi les vingt personnes qui étaient assemblées, vers 14 heures, dans le couloir descendant au tombeau, ne savait encore si on allait vraiment découvrir la momie du pharaon dans la chambre principale. En fait, la découverte fut plus importante que ce que l’on espérait. Personne ne savait non plus que, des vingt personnes présentes, treize mourraient bientôt.

 Peu de temps avant, ils avaient trouvé dans l’antichambre une tablette d’argile, d’apparence anodine, ramassée par Carter. Elle avait tout d’abord été répertoriée normalement. Puis, quelques jours plus tard, on l’avait rayé des listes, lorsque Alan Gardiner eut déchiffré le texte en hiéroglyphes, disant : “La mort abattra de ses ailes quiconque dérange le repos du pharaon”. Aucun des chercheurs n’avait alors prêté attention à ce sinistre avertissement qui était une formule de malédiction assez courante.

La tablette avait été rayée des procès-verbaux et de l’inventaire par crainte que les fouilleurs et auxiliaires égyptiens, très superstitieux, en aient connaissance. Elle n’a jamais été photographiée et est considérée comme “égarée”. Une variante de cette formule fut trouvée également sur une figurine dans la chambre principale.

Ce fut à cette époque que les journalistes commencèrent à parler de la “Malédiction des Pharaons”, et de la tablette qui avait disparu. Les décès insolites commencèrent à se succéder.

----

.

Autres documents :

Relations précolombiennes des Gaëls avec le Mexique, par E. Beauvois

Détails
in Eugène Beauvois, 1835-1912. Bibliographie complète (39/60)
Extrait du Compte-rendu du Congrès international des Américanistes à Copenhague en 1883.

Étude sur la prophétie en langue maya d'Ahkuil-Chel, par H. de Charencey

Détails
in Documents archéologiques et historiques (bulletins, revues, livres)
Étude sur la prophétie en langue maya d'Ahkuil-Chel , par Hyacinthe de Charencey, Paris, 1876. Extrait de la Revue de Linguistique et de Philologie Comparée, t. VI, 1867, pp. 42-61.

La pierre des douze angles de Cuzco (Pérou)

Détails
in Énigmes archéologiques
La pierre dite des douze angles, exemple typique d'un appareil cyclopéen qui rend compte de la virtuosité avec laquelle les bâtisseurs assemblèrent les blocs de pierre entre lesquels il est impossible...

.