Le knarr, « le mulet des mers »

Le knarr, « le mulet des mers  »

----

Le navire le plus important pour les Vikings, en dehors des drakkars, était le knarr. Sans lui, la colonisation de l'Islande, du Groenland et, finalement, la découverte de l'Amérique auraient été impossibles. Ce type de navire permettait un trafic régulier de marchandises le long des côtes, mais il était avant tout fait pour la haute mer et, donc, pour les difficiles et dangereux voyages sur l'Atlantique.

Sa Cale était assez grande pour transporter des chevaux, du bétail, des peaux, des tonneaux de sel et autres marchandises. C'était un bon bateau, puissant, qui fendait la houle sans dévier son cap, comme les rapides et maniables drakkars. Le knarr était le mulet des mers. Le navire que Leif Ériksson acheta à Bjarni Herjolfsson pour partir à la découverte des terres lointaines de l'Ouest était un knarr.

L'inconfort de ces navires, remplis à craquer de marchandises, était sans doute supportable pendant de courts voyages le long des côtes européennes. Il devait l'être beaucoup moins lors d'une traversée de l'Atlantique. Si le vent tournait, si une tempête ou le brouillard se levait, une simple expédition commerciale pouvait alors se transformer en une aventure mortelle.

----

.

Autres documents :

Jacques Boucher de Perthes, 1788-1868

Détails
in Les grands savants de l'archéologie
En découvrant à Moulin-Quignon, près d’Abbeville, une dent humaine et un fragment de mâchoire accompagnant un dépôt de silex, Boucher de Perthes en conclut que l’homme était beaucoup plus ancien qu’on...

L'évolution des doctrines cristallographiques, par Albert de Lapparent

Détails
in Albert de Lapparent, 1839-1908. Articles et publications
Extrait de la Revue générale des sciences pures et appliquées, 12e année, nº9, 15 mai 1901.

.