Jakob Roggeveen

Jakob Roggeveen

----

Si ce navigateur hollandais n’avait pas découvert l’île de Pâques, il n’aurait pas mérité de passer à la postérité : en effet, il détermina si mal le lieu de ses relâches qu’il fut impossible de retrouver la plupart des terres où il aborda.

Né en Zélande en 1659, il avait navigué de bonne heure. Il reprit ensuite un projet de son père, marin également, et le fit adopter en 1721, par la Compagnie des Indes occidentales. Parti du Texel, à la tête de trois bâtiments, en juillet de la même année, il se dirigea vers le sud-est, trouva, vers le 52" degré de latitude sud, une île qu’il appela la Belgique australe et qui était probablement l’île Falkland, une des Malouines, passa le détroit de Lemaire et fut arrêté par les glaces à la hauteur du 62" degré de latitude sud, puis remonta vers l’Amérique. C’est après avoir côtoyé le Chili qu’il découvrit, le 6 avril 1722, le jour de Pâques, une île qu’il baptisa île de Pâques.

Poursuivant son périple vers le nord-ouest, Roggeveen rencontra plusieurs îles qu’il nomma l’une Désastre parce qu’il avait perdu un navire dans les parages, les autres Labyrinthe, une autre encore Récréation, parce qu’elle portait une intense végétation. Le Hollandais, qui ne péchait pas par excès d’imagination, fut obligé ensuite de regagner les Indes, car son équipage était décimé par les maladies. Lorsqu’il débarqua à Batavia, il n’avait plus que dix hommes valides.

Il n’était pas pour autant au bout de ses peines: il fut en effet arrêté avec ses compagnons par ordre de la Compagnie hollandaise des Indes occidentales sous prétexte qu’il avait violé ses privilèges en pénétrant dans les mers du Sud. Il fut reconduit sous bonne escorte dans sa patrie où il arriva le 11 juillet 1723. Mais là, il obtint gain de cause, et la Compagnie fut condamnée à lui payer des dommages et intérêts.

Après toutes ces aventures, Roggeveen prit sa retraite et mit à profit ses loisirs pour écrire une relation de ses voyages qui parut à Dordrecht en 1727. Il mourut en 1729.

----

.

Autres documents :

La carte de Çatal Höyük

Détails
in Énigmes archéologiques
La peinture murale de Çatal Höyük en Turquie, qui date de 6200 av. J.-C. environ, est la plus ancienne reproduction de paysage jamais découverte : elle montre, au premier plan, les maisons carrées du...

L'Elysée transatlantique et I'Eden occidental, par E. Beauvois

Détails
in Eugène Beauvois, 1835-1912. Bibliographie complète (39/60)
Extrait de la Revue de l'Histoire des religions, 4e année, mai-juin et sept-octobre, 1883.

.