Les crânes déformés d'Onavas

En 1999, des ouvriers qui travaillaient sur un système d’irrigation dans la province de Sonora dans le nord-ouest du Mexique ont mis à jour un cimetière préhispanique.

Le site, désormais connu sous le nom d’El Cementerio, et situé à 300m du village d’Onavas. Il a fait l’objet de plusieurs campagnes de fouilles dont les premières conclusions n’ont été publiées qu’en novembre 2012.

Les restes de quelque 25 personnes y ont été retrouvés. Parmi elles, treize présentaient une déformation crânienne et cinq des mutilations dentaires, toutes typiques de l’ère précolombienne.

Dans les cultures méso-américaines, la déformation crânienne était utilisée pour différencier un groupe social. D’autres rituels, tels que mutilation des dents, étaient pratiqués à la puberté comme un rite de passage à l'adolescence. Certains des squelettes d’Onavas portaient des ornements fabriqués à partir de coquillages et d’escargots pêchés sur le golfe de Californie, et ouvragés en bracelets, boucles d'oreilles et colliers. Un des morts avait été enterré sous une carapace de tortue marine.

deformation craneUn squelette en particulier (photo ci-contre) présente une déformation crânienne en forme de cône que n’auraient pas reniée certains auteurs de science-fiction. Il a appartenu à un homme qui est mort entre 945 et 1308 de notre ère.

Cristina Garcia Moreno, une archéologue qui a dirigé le chantier de fouilles en collaboration avec l’Université de l’Etat d’Arizona, explique : « On ne sait pas exactement pourquoi cette population en particulier se déformait le crâne. »

Cet étrange rituel, qui faisait ressembler ceux qui le pratiquaient à la famille Tête-de-Cône ou à un Alien du cinéma fantastique, visait peut-être à distinguer une caste aristocratique ou tout autre groupe de personnes qui souhaitait se distinguer physiquement des autres.

La déformation de crânes était obtenue en enserrant le crâne des jeunes, avant qu’ils ne s’épaississent, entre deux  blocs de bois serrés par des bandelettes de textile. Sous le crâne du squelette photographié, on devine la forme en V à la partie inférieure de la boîte crânienne et une autre marque sur le dessus du crâne, imprimées par les blocs de bois.

L’équipe de fouilles précise que plusieurs ossements déterrés à Onavas appartenaient à des enfants, ce qui incite les archéologues à penser que le rituel de la déformation crânienne n’était pas sans risques. Sur les 25 morts retrouvés, 17 étaient des enfants, dont certains étaient déjà pubères.

Les Indiens Chinook, au nord-ouest des USA, et les Choctaw, dans le sud-est des USA, pratiquaient eux aussi la déformation crânienne.

Selon Cristina Garcia Moreno, le site d’Onavas appartenait aux anciens Indiens Pima, dont les descendants peuplent l’actuelle province de Sonora dans l’état de Chihuahua. Les anciens Pima pourraient avoir été une colonie des tribus installées le long de la côte du Golfe de Californie dans le sud-ouest de ce qui est aujourd’hui les Etats-Unis d’Amérique, venus là pour y extraire de la turquoise utilisée à des fins ornementales.

La prochaine campagne de fouilles, en 2013, permettra sûrement d’en apprendre un peu plus sur cette page méconnue de l’histoire des Amériques précolombiennes.

En attendant, voici une vidéo consacrée à la découverte, réalisée par l'INAH (vidéo en espagnol, donc) :

Credit photo : Cristina García / INAH.

ft