Des cercles de pierres anciens en Jordanie et en Syrie

De nouvelles images aériennes vont-elles apporter un nouvel éclairage sur le mystère qui entoure les grands cercles de pierre du Moyen-Orient qui intriguent les scientifiques depuis des décennies ?

Ces images, prises par l’APAAME (Aerial Photographic Archive for Archaeology in the Middle East, fonds d’archives photographiques aériennes pour l’archéologie au Moyen-Orient), montrent onze de ces Grands Cercles antiques, qui font jusqu’à 400m de diamètre et qui sont éparpillés dans les paysages désertiques de l’actuelle Jordanie et de la Syrie.

Repérés par les avions au début du XXe siècle, ces cercles n’ont pas fait l’objet de beaucoup de recherches, bien qu’ils semblent dater d’au moins 2000 ans.

La communauté scientifique espère que la publication de ces images, le vendredi 31 octobre, va initier une étude qui va enfin permettre de comprendre pourquoi ils ont été construits.

Ces cercles ont tous été construits selon la même méthode : un petit muret de pierres sèches de quelques dizaines de centimètres de haut (qui s’est éboulé depuis). Ce muret est trop bas pour que le cercle ait été un enclos à bétail, dont on ne comprendrait du reste pas pourquoi il aurait dû être parfaitement rond. À l’origine, ils n’étaient dotés d’aucune entrée, de sorte qu’il fallait sauter le mur pour y rentrer.

David Kennedy, co-directeur de l’APAAME, explique sur Live Science : « Ces cercles ne devaient pas être compliqués à bâtir. Ils sont faits de pierres ramassées sur place, et une douzaine de gens pouvait en construire un en une semaine. »

La forme circulaire a pu être obtenue en plantant un pieu au milieu et en tendant une corde. Les poseurs de pierres n’avaient qu’à suivre celui qui tournait autour du pieu en gardant la corde tendue. Il est probable qu’une première série de pierres servait à marquer le cercle, et était ensuite complétée pour faire le mur.

Cette méthode du pieu et de la corde permet en outre d’expliquer pourquoi, en certains endroits accidentés, la forme du cercle paraît distordue, la corde devant passer par-dessus une éminence.

David Kennedy ne croit pas qu’une simple analyse des photos aériennes suffira à percer le mystère des Grands Cercles : des fouilles seront sûrement nécessaires, ainsi qu’une datation plus précise. On comprendra peut-être alors pourquoi des hommes ont fait des ronds de pierres basses dans les collines, il y a plus de 2000 ans.

 
 
 
 
 
 
 

Crédits Photos : David Kennedy/APAAME

ft