Découverte de preuves de commerce entre l'Alaska et l'Asie avant Christophe Colomb

27AEF1C600000578-3044284-image-a-21 1429310980351Bien avant la « découverte » de l’Amérique par Christophe Colomb, le continent aurait été connu des peuples d’Asie orientale. C’est ce que suggère la présence d’objets de bronze et d’obsidienne sur le site d’une maison vieille de 1 000 ans, au Cap Espenberg en Alaska.

Une première boucle de bronze associé à un morceau de cuir a ainsi été déterrée par des chercheurs de l’université du Colorado. Or la métallurgie du cuivre était encore inconnue en Alaska il y a un millénaire, et la datation par radiocarbone du morceau de cuir, vieux de 1400 ans, a confirmé l’origine étrangère de l’objet. Les chercheurs estiment donc que des routes de commerce existaient entre les peuples chinois, coréens ou yakoutes (une région de la Russie) et les Esquimaux Inupiat d’Alaska.

Les récentes découvertes d’un autre objet de bronze et de restes d’obsidienne, dont la composition chimique est identique à celle de l’obsidienne retrouvée dans la région du fleuve Anadyr en Russie, viennent appuyer cette théorie.

Mais les scientifiques ne négligent pas non plus une autre possibilité : les ancêtres des Esquimaux auraient pu emporter avec eux ces objets lors de leur plus récente migration de la Sibérie à l’Alaska, il y a environ 1500 ans. Ces matériaux précieux se seraient ensuite transmis de génération en génération.

east-asian-trade-2-rising-whale

Le détroit de Béring, qui sépare l’Alaska de la Sibérie, ne fait aujourd’hui que 92 km de long. Cette proximité géographique aurait très bien pu faciliter le commerce entre les deux continents, ainsi que plusieurs migrations au cours de l’histoire. Les chercheurs présenteront ces découvertes fin avril, au meeting annuel de l’Association canadienne d’archéologie.

Voir les photos sur Livescience.com/50507-artifacts-reveal-new-world-trade-photos.html

Source : Science-et-vie.com / Livescience.com

ft