Otzi, l'homme qui venait du froid

Une quarantaine d'années, 1,60m et 60kg quand il était vivant, relativement mince, les mains et les pieds fins, au ongles bien coupés, la denture en très bon état... Tel est le résumé anthropologique de l'individu dont deux promeneurs allemands ont retrouvé le cadavre, le 19 septembre dernier, près de la chaîne de Similaun, dans les Alpes autrichiennes, d'ou son surnom d'Homme de Similaun.

iceman-oetzi-otzi-reconstructed-body 32527 600x450

Très bien conservé par la glace, et par le fait qu'à cette altitude (3200 mètres) et à cette température, les insectes qui causent la décomposition d'un corps sont absents et que les bactéries sont inactives, l'Homme de Similaun a révélé bien d'autres points intéressants.

Il était vêtu d'une tunique de peau, bien taillée et cousue, de bottes de peau également, fourrées de paille et d'écorce de bouleau, serrées par des lanières de cuir, et il était apparemment coiffé du bonnet en peau de chamois doublée de fourrure qu'on a retrouvé près de lui.

L'homme savait se raser, car il l'était fraîchement, à l'exception d'une touffe de barbe au menton, et, surprise, il portait des tatouages probablement effectués par scarification, c'est-à-dire avec des tisons ou des pierres chauffées, et dont la signification reste à déterminer. On s'interroge, en effet, sur la croix qu'il portait derrière le genou droit. Il est possible que ces tatouages aient témoigné de son appartenance tribale et de son rang. Enfin, la peau de son corps semble avoir été imberbe.

L'Homme de Similaun portait également un collier de cuir serti de pierres de couleurs claires, non encore identifiées. Nous ignorons sur quels indices se sont fondés les savants autrichiens pour avancer que l'individu, baptisé Otzi, avait les yeux bleus.

Un problème s'est posé d'emblée : de quelle époque est-il ? C'est son équipement qui a permis de l'établir. Un carquois de baguettes de bois reliées par des lanières de cuir contenant quatorze flèches à pointes d'os, un grand arc, retrouvé cassé en deux, une sacoche de cuir, attachée à une ceinture également de cuir, contenant des silex, sans doute pour faire du feu, un poignard en silex non poli, mais surtout une hache à manche de bois et lame de pierre au tranchant garni de bronze, qui a permis de situer l'individu : elle remonterait, à l'âge du Bronze, c'est-à-dire que l'Homme de Similaun serait né il y a quelque 4000 ans.

Sans doute ce Davy Crockett préhistorique chassait-il, lorsqu'une avalanche ou une tempête de neige l'isolèrent ou le gelèrent.

Mais on en saura bien plus quand les spécialistes de l'université d'Innsbruck auront plus amplement analysé ce revenant. Pour maintenir sa conservation, il est entreposé au froid, à -6 C.

Source : Science & Vie N° 890, Novembre 91, page 97.

ft