Articles par mot-clé : Cartographie

Avant-propos du livre « Les Cartes des Anciens Rois des Mers »

Voici un splendide texte : l'avant-propos ou préface par Paul-Èmile Victor, issu de l’ouvrage de Charles H. Hapgood intitulé "Les Cartes des Anciens Rois des Mers" (édition du Rocher, 1981), dont la présence ici est motivée par notre seul plaisir de vous le faire connaître…

Avant-propos de Paul-Émile Victor

1432935Au cours des trois premières campagnes des Expéditions polaires françaises [1] sur le désert de glace du Groenland (1949-1950-1951), nous avons effectué un nombre élevé de sondages séismiques pour mesurer l'épaisseur de la calotte glaciaire et dresser la carte du sous-sol rocheux qui y est enfoui depuis quelques millions d'années [2]. C'est ainsi que le 26 octobre 1951 l'AFP annonçait qu'« une expédition française dirigée par Paul-Émile Victor avait découvert que le Groenland, sous sa masse de glace, était en réalité un archipel de trois îles ».

Une carte de 5000 ans

Au mois de juin dernier, des archéologues danois ont découvert une pierre gravée datant de 5 000 ans qui, selon eux, serait une carte indiquant le positionnement de champs et de routes. Si cela se confirme, il pourrait s'agir d'une des premières cartes de l’humanité...

La pierre, qui mesure seulement 5 cm de long et date des années 2700-2900 avant notre ère, a été découverte parmi d'autres artefacts sur le site archéologique de Vasagard situé sur l'île de Bornholm, en mer Baltique.

L’énigme des îles fantômes

Les cartes géographiques du Moyen Age nous montrent un océan Atlantique couvert d'îles qui, en réalité, n’ont jamais existé. Ces îles, nous les voyons portées à l’ouest de l’Irlande et du Portugal ainsi qu’au nord des Canaries. A partir du XVe siècle, les géographes en désignent d’autres non loin des Açores et dans les parages de l’équateur. Si certaines d’entre elles sont fort étendues, la plupart sont de faibles dimensions.

De plus elles ont leurs noms propres et on les voit souvent, au cours des siècles, réapparaître sur toutes les cartes, sans qu’il soit possible de savoir comment s’est répandue et enracinée cette géographie fantaisiste de terres fantômes. Toutefois, si l’on y regarde de près, on constate que la psychologie populaire y a plus de place au demeurant que la géographie proprement dite.

île-Saint-Paul

Sur deux cartes du Moyen Âge qui posent problème

Comparables à la mystérieuse carte de Piri Reis, celles de Oronce Fine et de Zeno révèlent, elles aussi, une étonnante connaissance du globe terrestre au Moyen Âge.

La carte du cartographe français Oronce Fine, daté de 1531, peut être placé dans la même catégorie que la carte du cartographe turc. Les contours de l’Antarctique y sont également révélés.

Oronce fine carte